L'histoire de la Commune

fismes C'est sur la rive droite de la Vesle que naît un petit village gaulois qui a pour nom Ad Fines Remorum, ce qui signifie "Fin du Territoire des Rèmes". 

 

En effet, cette région se trouvait à la jonction des peuples des Rèmes et des Suessionnes. A noter que, malgré le fait que Albert Uderzo, papa de Astérix et Obélix soit né à Fismes, ce village gaulois ne résistait pas vraiment à l'envahisseur, puisqu'il coopérait étroitement avec les Romains.

 

C'est à cette époque que la religion Chrétienne gagne la région, et avec elle une jeune fismoise du nom de Macre. Elle sera torturée par un préfet romain, puis canonisée bien plus tard.

 

C'est pourquoi notre église porte le nom de Sainte-Macre (il y a aussi une rue Sainte-Macre, et un collège).La période barbare n'épargne pas Fismes, qui entre temps a rejoint les hauteurs, par la rive gauche de la Vesle. Normands, puis Hongrois détrui sent la ville. Ce n'est que le début d'une longue période qui durera des siècles avec, je vous rassure des interludes de paix assez important tout de même.

 

 

..

En 1226, Thibault IV le chansonnier fait de Fismes une ville libre, grâce à la bonne tenue de quelques autochtones pendant une guerre qu'il menait. Par une charte, et un sceau qui est l'emblème de notre commune, Fismes sous l'égide d'un maire et de deux échevins, échappe ainsi à la tutelle d'un seigneur, ce qui lui permet de développer son artisanat, son commerce, ses foires et ses marchés.

 

 

Les remparts grandissent, l'église est construite en pierre, un château, qui aura un jour le poète Eustache Deschamps comme gouverneur, est édifié à la place de la Poste actuelle, et plus tard, un hôtel de ville voit le jour au même emplacement qu'actuellement.

 

La "Guerre de cent ans" ruine une fois de plus la ville, grâce à la participation des Anglais, des Allemands, des Italiens, des Hollandais, et j'en passe. Puis viendront les guerres de religions, et ensuite la fronde. Celle-ci détruit complètement les remparts et abat le château.

Fismes, c'est aussi la dernière étape des futurs rois de France qui vont se faire sacrer à Reims. De Louis XIII à Charles X , ils y passeront presque tous. Après la révolution, qui monte souvent les Fismois les uns contre les autres, Napoléon vient à Fismes pour y signer deux importants décrets. Il est suivi par 30000 Prussiens qui mettent la ville à sac.

 

C'est ensuite le XIXème siècle avec son industrialisation galopante. Sucreries, porcelaine de Fismes (rare et cher), fonderie, chemin de fer, chapellerie, tanneries, moulins, jalonnent l'histoire économique du siècle.

Le XXème commence plus mal que le précédent n'a terminé. La ville est touchée de plein fouet par la 1ère Guerre mondiale. Les Allemands envahissent la ville, puis se retire sur le chemin des Dames, avant de la raser totalement en 1918. C'est une ville fantôme qui renaît doucement. jusqu'à la seconde guerre. Là, ce n'est pas tant la ville qui est touchée que la population. Les rues de Fismes vous donneront le nom des 14 fismois qui mourront dans les camps d e concentration pour faits de résistance. Parmi eux, le maire de Fismes, le Docteur Génillon.